Art_data-driven

Etre guidé par les données. C’est le nouveau mantra du moment. L’accès à des données massives ouvre la voie à la mesure comme cela n’a jamais été possible auparavant. Mais il ne suffit pas d’avoir des données pour que l’entreprise devienne « data driven ».  Cela ne se produit pas en un coup de baguette magique. Le recours aux données doit s’inscrire dans les réflexions, dans les modes de prises de décisions, dans les conversations, dans le quotidien de l’entreprise. C’est par conséquent en observant le comportement des employés que l’on peut dire si une entreprise est data driven ou non.

Voici 10 comportements qui prouvent que votre entreprise est data driven :

Une personne est responsable de la qualité de vos données

Une personne a pour responsabilité que les données collectées et communiquées au sein de l’entreprise ont un niveau de qualité suffisant. Ainsi, chaque membre de l’entreprise sait qu’il peut se fier avec confiance aux données qu’il étudie.

Pour tout nouveau projet en ligne, la question de la récupération de données d’audience est posée dès le cahier des charges

Avant même que la première ligne de code soit écrite, la question du marquage et de la récupération de la donnée est posée. Ainsi, lorsque le projet est mis en ligne, les données de fréquentation sont collectées sans délai et l’analyse de la performance peut être menée.

Dès que quelqu’un apporte un avis, il l’accompagne d’une donnée chiffrée

Chaque fois qu’une personne avance une opinion sans chiffre, vous avez pris l’habitude de lui demander, sur quels chiffres elle se base pour dire cela. Ainsi, les décisions ne sont pas prises sur des préjugés ou croyances mais bien sur des faits et le risque d’erreur est réduit.

Les chiffres sont communiqués même s’ils témoignent d’une mauvaise performance

Lorsque votre entreprise connait des contre-performances, vous ne cherchez pas à les dissimuler. Ainsi, vous savez sur quels points il faut améliorer la performance.

Tout le monde a accès à la donnée qui le concerne

Tous les membres de votre entreprise ont accès aux chiffres de l’activité de son équipe. Ainsi, une connaissance précise à la fois des atouts et des faiblesses de l’équipe est partagée par l’ensemble de ses membres.

A chaque objectif sont associés un indicateur et une cible à atteindre

Dès qu’un objectif est assigné à une équipe ou une personne, elle connaît l’indicateur qui permet de contrôler que l’objectif est atteint. Ainsi, les employés savent si l’objectif est atteint et ont une meilleure vision de leur contribution à la réalisation de l’objectif.

Les équipes bénéficient de formations à l’analyse de données

Chaque membre de l’entreprise a suivi des formations à l’analyse et interprétation des données.  Ainsi, les employés sont plus à l’aise dans l’interprétation des données et ont connaissance de la méthode à suivre pour analyser et agir en conséquence.

Les projets de collecte de données n’ont pas de mal à trouver leur financement

Dès qu’il est possible d’obtenir de nouvelles données, le budget nécessaire est facilement trouvé. Ainsi, les acteurs de l’entreprise obtiennent de nouvelles données pour prendre des décisions et savent que la direction accorde beaucoup d’importance à la donnée.

Les données ne sont pas utilisées pour trouver les responsables des échecs

Dès qu’un échec survient, les données sont partagées non pas pour pointer du doigt le ou les responsables mais pour créer les conditions d’une amélioration de la performance. Ainsi, les employés ont moins peur de prendre des risques et moins peur d’utiliser des données qui potentiellement révèlent leurs contre-performances.

Le recours aux tests est devenu une habitude

Avant qu’une correction soit mise en place pour l’ensemble de l’audience, un test est mené sur un échantillon de la population pour contrôler que ce correctif améliore bien la performance. Ainsi, les données valident les projets d’amélioration et permettent d’acquérir une meilleure compréhension des comportements et des motivations des internautes.

 

Néanmoins, faisons attention au sens que nous donnons à « driven » car là est la source de malentendus dans l’expression « data driven ». Si nous traduisons « driven » par « orienté », « conduit », « guidé », cela signifie bien que les données sont là pour nous emmener, nous conduire, nous accompagner. En revanche, si la traduction de « driven » est « poussé », « motivé », cela peut porter à confusion. Les données sont au service d’un projet d’entreprise. Elles permettent de savoir où en est l’entreprise et le chemin qu’il lui reste à parcourir pour atteindre son but. Mais une entreprise ne sera jamais motivée par des chiffres. Elle le sera par une vision, une vision qui donne du sens au travail de chaque membre de l’entreprise. Il est préférable alors que l’entreprise cherche à devenir à la fois « vision driven » et « data informed ».

 

Vous rêvez d’une stratégie digitale entièrement pilotée par la donnée ? L’entreprise « data-driven » est pleine de promesses, de grandes opportunités mais aussi de nouveaux challenges. Découvrez dans notre dernier White Paper le parcours de John, digital analyste, dont le rôle n’est pas de fournir des chiffres vides de sens, mais de révéler toute la valeur business des données pour les rendre immédiatement exploitables.

bt-contact-info_jimsterne-FR

 

Auteur

Responsable Succès Client - GENERALEADS Avec un master en Economie de l’Université de Bordeaux, Benoit a acquis 10 ans d’expérience dans le web analytics au sein de la société AT Internet. Benoit a rejoint début 2015 l’agence GENERALEADS, Spécialiste Adwords, en tant que Responsable Succès Client. En parallèle, il participe à la création de la start-up GetLandy, 1er outil de création de landing pages dédié aux traffic managers."