eg8-forum

Le eG8 Forum a-t-il été utile ? Va-t-il changer la face de l’Internet tel que nous le connaissons ?

La réponse est dans la question, et je n’ai rencontré personne lors du Forum d’assez naïf pour en attendre quoi que ce soit de concret à court ou moyen terme.

Evidemment, cette rencontre était en premier  lieu une formidable opération de communication pour  Nicolas Sarkozy et pour les sponsors de l’événement. Evidemment, un impératif de consensus a réduit à quelques banalités les recommandations à présenter au G8. Evidemment  nous avons assisté à des conflits d’opinions arrêtées plus qu’à des débats argumentés et ouverts. Evidemment les Eric Schmidt et autre Marc Zuckerberg se sont contentés d’un passage éclair destiné à asséner l’opinion de leur entreprise sans chercher à écouter celles du commun des mortels. Evidemment les membres de la société civile étaient trop peu représentés, ils ont dû se contenter de rares questions et d’élusives réponses au moment des débats. Evidemment le débat tendu sur la copie privée a mis en relief la position archaïque et irréaliste de la France et a bien fait ricaner tous les professionnels du secteur (oui, il faut défendre les auteurs et leurs droits, non, Hadopi n’est pas une solution crédible et efficace). Evidemment il y avait trop d’hommes et pas assez de femmes, trop de costumes sombres et pas assez d’artistes, d’auteurs et d’enseignants.

Mais faut-il pour autant considérer que ce forum était vain et inutile ?
Certainement pas.

Premièrement il a offert à tous les participants l’occasion extraordinaire de rencontrer et d’échanger avec des intervenants d’une incroyable qualité. Je n’ai rencontré personne pour s’en plaindre, l’enthousiasme m’a semblé très largement partagé et le format proposé autorisait de véritables discussions entre les conférences. Un tel rassemblement d’experts du secteur n’avait tout simplement jamais eu lieu, et il n’est pas évident qu’il se reproduise un jour.

Deuxièmement, il n’a rien coûté au contribuable européen, tout en mettant un formidable coup de projecteur sur l’Europe et Paris, devenus pour 2 jours le centre de la galaxie Internet, pour un instant la Californie n’était plus the only place to be.

Troisièmement, si la contestation n’a pas atteint le G8 de Deauville, il serait malhonnête de dire qu’elle n’a pas eu sa place à l’eG8, John Perry Barlow en porte-parole de l’Electronic Frontier Foundation, Jérémie Zimmerman de la Quadrature du  Net, Lawrence Lessig ou Jeff Jarvis ont fait entendre leur voix et ont obtenu au final une formidable caisse de résonance pour leurs opinions.

Quatrièmement, si toutes les tables rondes n’ont pas été passionnantes, certaines interventions ont été très stimulantes, voire brillantes. Je retiendrai notamment celle de Lawrence Lessig que je vous invite à aller voir au plus vite (pertinent, percutant et drôle), ou encore, celle de Sean Parker (manifestement fatigué par la soirée qu’il donnait la veille en marge des réceptions officielles) pour une belle mise en abîme du rapport entre nos identités réelles et nos identités numériques.

 

Plenary V: Fostering Innovation: How to build the future
 

Cinquièmement, un sujet qui nous concerne plus directement, le débat sur la privacy et la protection des données s’est situé à un niveau intéressant, aussi bien en conférence plénière que lors du débat dédié à ce sujet (Privacy in a Networked world). En effet, il a été rappelé que l’éducation est l’élément décisif pour éviter les dérives et que des solutions d’auto-régulation et d’informations seront à la fois plus efficaces et plus réalistes que des législations locales. En outre, il a été possible de dépasser la question tellement simplificatrice du cookie (value neutral, lui aussi) qui focalise l’attention et détourne l’attention de la question de fond : celle de la valeur liée à la personnalisation, qui exploite et qui bénéficie de cette valeur ? Comment en partager équitablement les bénéfices entre les internautes, les annonceurs, les médias, les publicitaires ?

Enfin, et c’est sans aucun doute le plus important, ce forum était un lieu de rencontres et d’interrogations, il a soulevé des questions, il a permis à des universitaires, des journalistes, des chefs d’entreprise, des hommes politiques de regarder dans la même direction et de se parler en oubliant un peu, un temps, leurs intérêts propres. Il n’a pas apporté de réponse, mais qui espérait en trouver à des questions aussi complexes que :

  • Comment concilier liberté, éducation et copie privée ?
  • Comment assurer la fluidité de nos connexions tout en faisant face à l’explosion de consommation de vidéos en ligne et en assurant la neutralité du web ?
  • Comment préserver l’anonymat des citoyens se révoltant contre des dictatures tout en se préservant de la gangrène des faux commentaires et autres pollutions marketing sur les forums. La question du cryptage, notamment, est apparue bien plus complexe qu’un simple débat sur la liberté opposant les bons et les méchants.

En bref, pas de réponses, mais des tonnes de questions sensibles, et n’est-ce pas l’essentiel ? Picasso aurait joliment dit  » les ordinateurs sont inutiles, ils ne savent que donner des réponses ». Pour un moment, nous avons levé la tête de ces écrans d’ordinateurs et nous avons posé des questions qu’ils sont incapables d’imaginer. Des graines ont été semées,  à nous d’en récolter les fruits.

Pour ceux qui n’auraient pas eu le courage de suivre les débats en vidéo largement diffusés sur Internet, voilà ma sélection personnelle de pépites, subjectives et très réductrices.

Trois remarques :

  • certaines sont probablement approximatives
  • les citer ici ne signifie pas forcément que je les cautionne, mais qu’elles méritent réflexion
  • Désolé pour le mélange d’anglais et de français

« The content defines us » Arthur Sulzberger, Jr./Chairman & CEO, The New York Times

« We are agnostic regarding the device » Arthur Sulzberger, Jr./Chairman & CEO, The New York Times

« Test, learn, adapt. Do some mistakes » Arthur Sulzberger, Jr./Chairman & CEO, The New York Times

« The true network is the human network that it connects. Not Computers » Nadine Wahab. Activiste égyptienne

« The response to bad speech should be more speech » Tony Wang. Twitter

« It’s France, where is my duck confit ? » Sean Parker

« Technology is value neutral » Almost everybody

« Do no harm » Jeff Jarvis

« Government acts as if it should protect us from the internet. Instead, the internet needs protection from government » Jeff Jarvis

« Nous n’avons pas besoin de légiférer sur le net, son architecture est sa meilleure protection » Jeff Jarvis

« Reality is fiction, and fiction is reality » Sean Justin Parker – citation beaucoup moins banale qu’il n’y paraît, remise dans le contexte de son intervention. Est-ce que s’exclure des réseaux sociaux et du cirque médiatique offre plus ou moins de contrôle sur son identité ?

« Let’s not change the old monopolies by new monopolies » Sunil Bharti Mittal (Bharti Airtel). Google, Facebook etc.

« Le moment clé : le moment où les machines vont commencer à communiquer avec les machines » Danny Hillis Applied Mind.

A propos des fuites d’informations sur Internet : « you cannot round up the usual suspects anymore » Tom Glocer/CEO, Thomson Reuters

Pour l’intégralité de son intervention : Lawrence Lessig/Professor, Harvard Law School

Auteur

Directeur Général Mathieu a rejoint AT Internet en 2000 et officie maintenant en tant que Directeur Général. Il est également Professeur à l’Université de Bordeaux III. Mathieu est Agrégé de Lettres Modernes et possède un D.E.A. en Sciences de l’Information avec une recherche approfondie sur la mesure de l’audience online. Il est régulièrement invité à s’exprimer dans les Ecoles de commerce et lors de conférences spécialisées."

5 Comments

  1. Clémence Coppey

    La version anglaise est maintenant disponible sur le blog :

  2. On dirait qu’il est beaucoup question de la loi Hadopi car c’est une question d’intérêts financiers…
    Concernant la protection des données, avec l’arrivée imminente d’IPv6, il n’est plus question uniquement de cookies.
    Enfin, il n’a pas été soulevé de problème de courriels ! A quand la démocratisation des courriels avec signature ?

  3. Mathieu Llorens

    @ Fred. La loi hadopi a surtout mobilisé les intervenants français, cette méthode était regardée avec un dédain mal dissimulé par les représentants des autres pays.
    Pour la protection des données, IPv6 et la signature des courriels, ce sont des vrais gros sujets, mais le forum était bien court pour tout aborder, personnellement je n’ai rien entendu sur ce sujet.