catch-up-back-to-the-future

Le catch up continue en 2019 ! Faites un tour de l’actu digitale complètement subjectif. 

 

Retour vers le futur 

C’est LA période où chacun y va de ses vœux, bilans, rétros, prédictions, spéculations, (sans oublier les bonnes résolutions de vie plus saine… impossibles à tenir…). Kantar media nous promet notamment la désalgorithmisation des plateformes dans ses 10 tendances social media pour 2019. Seule 1 personne sur 3 considère les plateformes sociales comme des sources d’informations fiables. Entre fake news, bulles de filtres ou failles de protection des données les algos des plateformes sociales ont atteint leurs limites. Ce qui leur manque : une dose d’intelligence « humaine » pour interpréter plus finement le contexte multifactoriel de la consommation d’un contenu. Normal, ils sont conçus sur des modèles d’hyper croissance. Science sans conscience…  

 

Martine apprend le datalphabet 

Le Data literacy project est un programme mondial de datalphabétisation. Objectif : la maîtrise des données par tous les salariés des entreprises. Il s’agit d’améliorer les compétences de chacun afin de questionner les données, de prendre des décisions et d’en partager le sens. Aujourd’hui seulement 1 personne sur 3 est capable de les comprendre, les analyser et les remettre en question. Un projet ambitieux qui pourrait s’étendre au-delà de la sphère professionnelle. Pour combattre la prolifération des fake news par exemple. Une information fausse ou manipulée, amplifiée par un réseau social peut être dévastatrice. En Inde, les fausses rumeurs propagées sur WhatsApp ont déjà causé la mort de plusieurs dizaines de personnes. Il y a donc urgence, à éduquer le citoyen pour qu’il fasse preuve de discernement dans l’avalanche de data qu’il ingurgite.  

 

Ca fait peur… 

sondage-confiance-information

Reculada ? 

Après des mois de tractations, la commission européenne accouche d’une souris. La taxation des GAFA, où l’histoire d’une demi-mesure assumée quasi-uniquement par une France aux abois en matière de rentrées fiscales. Devant la frilosité des partenaires européens, l’assiette de taxation sera considérablement réduite. Manque de courage politique ? Où plutôt démonstration de force de puissances économiques sans domicile fisc ?… Pourtant, au-delà de la question fiscale, les monopoles dérangent et agacent. En particulier les agences médias qui, voyant le danger arriver, s’élèvent contre l’opacité, le manque d’impartialité et les écosystèmes en vase clos des plateformes « globales », désormais en concurrence frontale avec elles. Point de friction : la fiabilité des résultats des campagnes annoncés par les plateformes. Après les restrictions de données imposées par Google (inventaire pub et ID utilisateurs non compatibles RGPD), les agences s’inquiètent à la fois de l’avenir du tracking mais aussi de la véracité des données fournies. Par la voix de Gautier Picquet, Président de Publicis Medias, elles appellent à l’application de règles communes du marché publicitaire en matière de transparence de la mesure et de l’accès aux data. Côté annonceur, les bonnes intentions (de référentiel et certifications) s’affichent publiquement, mais la domination des plateformes crève encore l’écran : 79 % de parts de marché sur la publicité en ligne… Ces modèles économiques ne sont pourtant pas immuables et pourraient évoluer. Il n’est jamais trop tard. 

 

Couches et bières 

Un algorithme d’extraction de corrélations fréquentes (ou règles d’association) aurait découvert que les clients qui achètent de la bière achètent aussi… des couches. L’explication sociologique : le nouveau papa en charge (temporairement) de l’intendance de la famille en profiterait pour s’approvisionner en binouzes au moment d’acheter les couches pour bébé. Cet exemple d’application algorithmique est frappant car il révèle l’inattendu. Explications de la genèse et de la légende de cette métaphore désormais célèbre du data mining. Et pour comprendre le mécanisme d’une règle d’association en data science, plongez-vous dans cet article de MJ. Vieille, auteure d’un blog qui démystifie la Data Science. 

 

Explique à Mamie 

Pas évident d’expliquer son job dans le digital à mamie Josette ! Voici quelques pistes, et si vous vous sentez l’âme d’un expert du Digital Analytics, lancez-vous dans l’aventure sur la West Coast (atlantique) :   

Culte

Une statue de Goldorak sur un rond-point en Auvergne. Rétro-lasers en action !

goldorak-dessin-art

A très vite sur les Internets !

 

Crédits :

  • Back to the future. www.comicbook.com
  • Golem13
Auteur

Responsable éditorial. Bernard est en charge de la stratégie de contenus pour AT Internet. Il possède une expérience de 10 ans dans le domaine du Content Marketing. Ses sujets de prédilection : le data marketing, les stratégies d'Inbound, la communication éditoriale web et les digital analytics.

Comments are closed.