Cette semaine, un catch up tout en diététique et poésie. Go ! 

Détox

Good bye big five, une série en 6 épisodes, dans laquelle la journaliste Kashmir Hill a bloqué consécutivement puis totalement les services des géants de la tech. L’opération est déjà un vrai challenge technique, tant leurs systèmes sont capables de contourner pares-feux et dispositifs de blocage. Expérimentation d’une vie sans GAFA qui révèle leur omniprésence dans nos équipements et dans les moindres de nos gestes digitaux. Mais aussi la difficulté à nous en passer. En plus de l’addiction, c’est la mise en évidence d’une stratégie qui consiste à nous vendre un quotidien toujours plus beau et plus facile. Une illusion, qui nous évite de réfléchir 2 minutes aux conséquences de ces monopoles sur nos sociétés. Et nous empêche aussi d’apprendre puis d’apprécier la valeur des relations humaines réelles (vs virtuelles). Dans une autre étude reprise par le MIT Technology Review, des chercheurs de Stanford ont d’ailleurs pu comparer les effets du sevrage d’utilisateurs de Facebook pendant 1 mois. La plupart ont consacré plus de temps avec leurs amis ou leur famille. Leur humeur s’est révélée meilleure que les personnes d’un autre groupe témoin passant au moins une heure par jour sur l’appli. Qu’attend-t-on pour être heureux ?!

Le voleur
M’a tout emporté, sauf
La lune qui était à ma fenêtre.

Ryokan – Haiku, poésie japonaise

Peur du vide

Des livestreameurs asiatiques qui chantent, mangent ou dansent devant leurs webcams pour combler les solitudes d’internautes avides de performances et souvent dépourvus de vies sociales. Ce reportage photo de Jérôme Gence expose ces idoles fantasmées du net dans des séquences live, aussi banales qu’extrêmes, mais toujours prisées par les internautes taiwanais et chinois. A travers ces portraits singuliers, le photoreporter arrive à s’immerger dans la réalité d’une industrie qui aliène ses protagonistes aussi bien devant que derrière l’écran. D’un côté des performeurs du web pris dans un engrenage virtuel mais indispensable à leur survie. De l’autre, des individus semblant vouloir combler un vide affectif, que la dématérialisation à outrance a elle-même créée. Illustration d’une société asiatique ultra-connectée où les réseaux sociaux poussés à l’extrême ont presque totalement anéanti les relations humaines, au profit du business.

Régime

La quantité à tout prix aboutit fatalement à une infobésité. Quand la surproduction et la surexploitation de données est doublement problématique. Elle nuit à la prise de décision, tout en cassant la relation de confiance avec les internautes. Parallèle édifiant avec les travers de l’industrie agroalimentaire signé par notre CEO, qui plaide pour une écologie de la data. Extrait : Dans le domaine de la donnée décisionnelle, on trouve des kilomètres d’interfaces appétissantes, de visualisations dynamiques et de promesses d’optimisations rapides et automatiques, mais avec quel degré de certitude quant à la fiabilité et à la robustesse de la donnée ? Une donnée peut-être aussi toxique et néfaste pour votre entreprise que de la junk food pour votre corps.

Poésie

Même si Internet peut être le royaume du fake, de la solitude ou de la haine, il sait aussi encourager l’expression poétique. Le compte Instragram Amours Solitaires en est la preuve. C’est un recueil de messages poétiques délivrés par sms ou whatsapp. Le genre poétique n’est pas mort. Il s’est simplement renouvelé ailleurs.

Creative coding

Kjetil Golid met à dispo tout un éventail d’algorithmes open source, plus ou moins sérieux, permettant de générer des visuels étonnants (parfois interactifs). Ici, half noisify, un champ sonore généré sur la moitié d’une photo. Sympa pour vos wallpapers.

 A très vite sur les Internets !

Author

Responsable éditorial. Bernard est en charge de la stratégie de contenus pour AT Internet. Il possède une expérience de 10 ans dans le domaine du Content Marketing. Ses sujets de prédilection : le data marketing, les stratégies d'Inbound, la communication éditoriale web et les digital analytics.

Comments are closed.