bobby

Si en 1999 le terme objet connecté voyait le jour de la bouche de Kevin Ashton, ce n’est que récemment que le marché des objets connectés a commencé à prendre de l’ampleur et se retrouver en tête d’affiche. En 2015 ce marché devrait représenter 4.9 milliards d’objets connectés selon une étude menée par le cabinet Gartner, et en à peine 5 ans il pourrait monter à plus de 25 milliards. Cet article revient sur les définitions, les enjeux et des exemples très concrets d’utilisations du digital analytics dans l’univers des objets connectés.

Qu’est-ce qu’un objet connecté ?

Tout d’abord, il est nécessaire de mettre en avant qu’on distinguera un objet connecté d’une interface d’accès au web. Les objets de type interface sont ceux qui peuvent substituer l’utilisation d’un ordinateur, les plus connus sont les smartphones et les tablettes, ils ne sont donc pas considérés comme des objets connectés. A partir de là, les objets connectés sont tous les périphériques dont l’objectif n’est pas d’accéder au web mais qui ont une connexion Internet permettant d’apporter une valeur ajoutée à ce dernier (fonctionnalité, information, interaction etc.)

Pourquoi l’engouement autour des objets connectés est-il si récent ?

Il est intéressant de noter que le terme date de 1999 et le premier objet connecté Français a vu sa commercialisation en 2003 (la lampe DAL), suivi de près par le célèbre lapin Nabaztag. Cependant plus de 16 ans après le Marché n’en est encore qu’à ses débuts et il semblerait que son réel développement vient uniquement de commencer, voilà trois des raisons expliquant ce changement de comportement :
– Les technologies nécessaires pour les objets connectées existent depuis longtemps cependant, les prix de ces dernières étaient le premier obstacle. Là où il fallait débourser plusieurs centaines d’euros pour une puce permettant de connecter un objet à internet, aujourd’hui cette même technologie réduite en taille coûte aux alentours de dix euros ce qui rend la commercialisation possible.
– Les équipes techniques ne connaissaient pas bien ces technologies il était donc très difficile de pouvoir avoir des ingénieurs à-même de gérer ce type de projet. Aujourd’hui le cabinet Evans Data mets en avant qu’un développeur sur cinq se tourne désormais vers l’Internet des objets.
– Les cultures évoluent, il y a plusieurs années les objets connectés étaient perçus comme gadgets et inutiles. Ces pensées appartiennent presque au passé puisqu’à l’heure actuelle plus de 50% des Français connaissent les objets connectés et plus d’un tiers se dit prêt à s’équiper d’un voire plus de ces objets connectés.
– Les grandes marques comme Apple ont mis en avant ces objets connectés via notamment l’Apple Watch. La montée des wearables provenant de diverses marques a aussi un rôle important.

internet-of-things

 

La data : le nerf de la guerre


Ces évolutions nous amènent alors à nous intéresser à ces objets connectés. A l’heure actuelle on entend beaucoup parler de ces technologies mais elles ne sont pas pour autant maîtrisées. La clé de réussite d’une entreprise voulant se lancer dans ce domaine sera de proposer un objet qui à la fois plaira aux consommateurs mais qui permettra à l’entreprise de se rapprocher de l’utilisateur pour mieux le comprendre et ainsi répondre au plus prêt à ses attentes. Un problème arrive cependant, des millions d’objets connectés vont générer des flux de données encore plus importants qu’aujourd’hui. De ce fait il va vite devenir compliqué de s’occuper des données, en plus de l’activité déjà prenante de la création et l’amélioration de ces objets connectés. Dans cette optique là le digital analytics va pouvoir aider l’entreprise, cela fait désormais de nombreuses années que les sociétés de Digital Analytics traitent des immenses volumes de données en les agrégeant et proposant une vision simple des résultats. Son cœur de métier n’est pas directement le stockage de ces données mais la transformation de ces dernières, ainsi le Digital Analytics vous apportera des possibilités d’afficher ces données pour les utiliser.

Des applications déjà très concrètes

Dans sa stratégie d’assureur Axa a décidé de faire un pas en avant et d’offrir à ses nouveaux clients de leur formule Modulango un bracelet connecté. Ce dernier va permettre d’obtenir des informations qui vont permettre à l’assureur de récompenser les utilisateurs en offrant aux plus vaillants en nombre de pas, des séances de médecine douce en mettant en avant la prévention de problèmes physiques. Mais l’utilisation de ces données pourraient aller plus loin, imaginons une assurance automobile pouvant savoir le nombre de kilomètres effectués. Il serait alors possible de facturer concrètement l’utilisation du véhicule ou on pourrait imaginer des tarifs modulables selon les efforts réalisés par les utilisateurs de ce bracelet afin de les récompenser.

withings-pulse-11

L’objet connecté en permanence sur l’utilisateur n’est pas l’unique possibilité d’obtenir des informations supplémentaires sur ses habitudes, une technologie dérivée des objets connectés peut aussi être utilisé, il s’agit des iBeacon. Ces petits objets sont à disposer dans des endroits physiques (un magasin par exemple) et vont communiquer avec le smartphone des utilisateurs selon certaines conditions (nécessité d’avoir l’application installée sur son téléphone). Grâce à ça il va être possible de suivre le parcours d’un visiteur dans son magasin en identifiant dans quel rayon il est resté le plus longtemps, s’il est resté face à un produit un certain moment voire même de savoir ce qu’il est en train de faire, et c’est là que le lien avec le digital analytics va prendre toute son ampleur. En croisant les informations que l’entreprise aura déjà dans son CRM, son outil de digital analytics ou sa base client, il sera alors possible de pousser des promotions sur le téléphone de l’utilisateur si nous identifions qu’il hésite dans un rayon ou dans la réflexion inverse, le relancer plusieurs jours après si nous nous rendons compte qu’il est parti sans effectuer d’achat dans le magasin et ainsi le faire venir sur son site web afin de convertir complètement son processus d’achat.

 

ibeacon-offers

 

Les objets connectés sont donc uniquement à leurs débuts, mais dès aujourd’hui nous identifions beaucoup d’actions réalisables grâce à ces technologies. Les véhicules connectées par exemple laissent imaginer des possibilités immenses ! Connecter les véhicules pour éviter les accidents entre ces derniers, programmer des itinéraires, fluidification du trafic, une priorisation du trafic (véhicules urgentiste avertissant un feu rouge de son passage) etc.

L’enrichissement de la donnée de base client qu’il est possible d’obtenir est lui aussi immense et va permettre d’avoir un niveau de détail très fin afin de pouvoir personnaliser complètement le contenu proposé à ses clients.

Et vous, quelles utilisations imaginez-vous des objets connectés ?

Auteur

Product Manager Florian a travaillé près de 3 ans en tant que consultant avant d'évoluer Product Manager au sein d'AT Internet. Autodidacte, il a découvert le développement web, l'infographie et le hardware. Ses sujets de prédilection sont les nouvelles technologies comme les objets connectés, les technologies de développement web ou encore le digital analytics.