API

La collecte d’informations, leur traitement, leur analyse et leur affichage, le tout  depuis une seule interface, c’est génial. La possibilité de réaliser l’ensemble de ces opérations depuis plusieurs interfaces, c’est encore  mieux !

Les données deviennent transversales et peuvent ainsi s’adapter en fonction des besoins de chacune des interfaces concernées, tout en restant à jour. Voici ce que j’appellerai l’idée de base d’une Application Programming Interface (ou interface de programmation en Français).

Plus concrètement, une API permet l’interconnexion entre plateformes pour la lecture et/ou l’écriture de données. Selon la plateforme utilisée, les actions possibles peuvent être très variées.

Voyons ensemble quelques exemples d’utilisations nous permettant d’illustrer  les possibilités offertes par les APIs.

Exemple de widget réalisé à partir des informations de l’API Yahoo! Weather

Yahoo! Weather

Le moteur de recherche « Yahoo! » propose une API permettant de récupérer les informations météorologiques de n’importe quel lieu au monde en renseignant simplement les coordonnées GPS dans la requête. Les informations récupérées (exemple : températures minimales et maximales)  peuvent ensuite être intégrées dans différents modules.

 

 

 

Récupération d’une cartographie via l’API Google Maps

Google Maps

Google propose de nombreuses APIs permettant de répondre aux différents besoins d’une application. L’une des plus utilisées est l’API « Maps ». Cette interface permet une grande variété d’interactions avec des cartographies du globe.

Le système de localisation est similaire à celui utilisé par « Yahoo! Weather »  puisqu’il s’appuie sur les coordonnées GPS afin de centrer correctement la carte qui sera récupérée. Le fonctionnement de base consiste à récupérer une image fixe de la carte. Il est ensuite possible d’y ajouter des marqueurs et de la rendre interactive via différents paramètres.

Concrètement, comment  fonctionnent les APIs ?

Chaque opération, ou interaction, proposée par une API est appelée «méthode». Celles-ci peuvent être de plusieurs natures :

  • Lecture seule: il s’agit là de la récupération d’informations, afin de les traiter côté utilisateur;
  • Lecture et écriture: ce type de méthode permet la récupération de données afin de les traiter, ainsi que la modification/ajout/suppression d’informations ;
  • Ecriture seule: une méthode de ce type permet l’ajout d’informations, sans possibilité d’obtenir celles déjà présentes.

Voici un schéma du fonctionnement d’une API:

Afin de classer ces méthodes de façon logique et d’en simplifier l’utilisation et la gestion, elles sont organisées en groupes de méthodes appelés «services». Un utilisateur peut donc avoir ou non accès à un service, c’est-à-dire à l’ensemble des méthodes qu’il contient.

Comment accède-t-on aux informations fournies par les APIs ?

Il existe plusieurs façons d’accéder à ces informations. Chaque API est libre de proposer la méthode qui lui convient le mieux, en fonction des informations à transmettre.

Voici les principaux formats utilisés:

Requête

  • REST: Il s’agit d’appeler une URL, avec différents paramètres afin d’affiner la demande. Cette méthode est la plus utilisée, avec près de 75%(*) des APIs utilisant ce mode de requête. Sa mise en place est très simple et permet un développement rapide de l’application.
  • SOAP: Ce mode de requête demande un format bien précis, et nécessite un envoi plus conséquent que la méthode REST. Ce système tend à disparaître, je ne rentrerai donc pas dans les détails techniques de son utilisation.

Réponse

  • XML: Le format XML est le plus utilisé pour les réponses d’APIs, puisqu’il permet de véhiculer un grand nombre d’informations, en respectant un format strict. 65% des APIs utilisent ce format de données.
  •  JSON: Le JSON est un format en pleine expansion, qui permet le transfert d’informations dans un format facilement utilisable dans la majorité des langages de programmation, en particulier le Javascript. Cette facilité d’utilisation permet la mise en place rapide d’applications.

Ces quelques formats ne sont qu’une sélection parmi tant d’autres. Il n’existe donc pas encore de standards concernant ces formats de requête et de réponse. Cependant, les formats REST pour les demandes et JSON pour les réponses semblent en bonne voie de le devenir.

(*) Source: ProgrammableWeb: http://www.programmableweb.com/apis

A quoi sert l’API AT Internet ?

AT Internet met à disposition de ses clients une API leur permettant de nombreuses actions, telles que la gestion de leur compte, ou la création d’analyses. Celle-ci permet à certains clients de manipuler les données de leur côté, et ainsi générer des analyses pertinentes pour leur métier. Ils peuvent ainsi redistribuer les données de plusieurs façons, soit en interne, afin d’orienter les décisions stratégiques de l’entreprise et des différentes équipes, à leurs partenaires afin de les renseigner sur les performances de leurs campagnes, ou encore au grand public pour miser sur la transparence.

Quels sont les services proposés par l’API AT Internet ?

Afin de proposer le maximum de possibilités aux clients, AT Internet propose différents services, permettant chacun des actions particulières, que ce soit en lecture et/ou écriture.

Voici une brève description des deux principaux webservices proposés par AT Internet pour ses clients.

Reporting

Le service Reporting est le principal webservice proposé par AT Internet, et il est aussi le plus utilisé. Celui-ci permet la récupération de n’importe quelle analyse présente dans l’interface, grâce à l’utilisation du «code analyse» présent dans chacune des analyses.

Ce service propose deux types de méthodes:

  • Méthodes synchrones: les données sont retournées directement dans la réponse à l’appel.
  • Méthodes asynchrones: l’analyse est générée parallèlement aux appels effectués par le client, et chaque appel reçoit un «numéro». Ce numéro permet la récupération des données via un second appel.

Le choix de l’utilisation de l’un ou l’autre type d’appel se fait en fonction de la quantité de données à récupérer. La méthode synchrone sera utilisée pour de petites volumétries, suffisamment faibles pour que le temps de transfert soit transparent. La méthode asynchrone permet de récupérer des jeux de données plus importants et plus longs à calculer sans que l’application qui  utilise l’API ne soit bloquée en attendant les données.

CampaignSources

La solution proposée par AT Internet permet de connaître la source d’un visiteur pour tout type de campagne marketing, telles que : liens sponsorisés, affiliation, emailing, RSS, Publicité.

La déclaration et la gestion de ces campagnes se fait généralement via l’interface. Le service CampaignSources permet de délocaliser la gestion de l’ensemble des campagnes marketing liées à un site. Il est ainsi possible :

  • D’ajouter une campagne ;
  • De fermer une campagne ;
  • De récupérer les informations d’une campagne (ou de l’ensemble des campagnes);
  • De mettre à jour une campagne (en modifier le nom et la description).

Cela permet, par exemple, d’offrir la possibilité à un service Marketing en charge de ces campagnes, et qui n’aurait pas accès à l’interface, de déclarer de façon simple (voire automatique) ces campagnes lors de leur lancement fonctionnel.

Comme nous venons de le voir, les APIs sont des éléments important dans la gestion de l’information, et permettent de constituer de véritables applications, en retraitant uniquement les données fournies par différentes APIs.

Cela permet donc de bénéficier de tous les avantages d’une solution SaaS en les intégrant à part entières dans des outils internes.

Ce type d’interface peut s’avérer décisive dans la gestion stratégique et opérationnelle d’une campagne, d’un site, voire d’une entreprise. Il est donc intéressant de prendre le temps d’étudier les possibilités offertes par différentes APIs relatives au marché dans lequel une entreprise évolue, afin d’obtenir des données qu’il sera possible d’intégrer dans le système d’information interne, et qui aideront à la prise de décision.

Auteur

Consultant Web Analytics Passionné d'Internet depuis de nombreuses années, Benjamin est un véritable touche-à-tout des nouvelles technologies. Cet intérêt grandissant l’a d’ailleurs amené à se former en autodidacte au langages de programmation tel que PHP, Javascript ou encore HTML 5. C’est au cours de sa formation initiale en Services et Réseaux de Communication que Benjamin découvre l’univers des Web Analytics. S’ orientant par la suite vers une Licence Professionnelle en Gestion de Projets e-commerce et e-marketing dispensée en alternance, Benjamin y vit la possibilité de rejoindre l’équipe AT Internet. A l’obtention de son diplôme, il décida de poursuivre cette aventure à nos côtés. Aujourd’hui Consultant Web Analytics, Benjamin a pour mission d’accompagner les clients AT Internet. Sa polyvalence lui permet d’intervenir aussi bien dans la résolution de problématiques techniques que sur des questions liées à l’analyse de données."

2 Comments

  1. Bonjour,

    je pensais justement à intégrer la météo du lieu où se trouvait un prospect ou clients au moment il a fait une réservation ou une demande en ligne d’une part et la météo des destinations vacances d’un catalogue vacances où il souhaiterait se rendre (donc on aurait sa météo et celles des destinations).

    Avec les APIs AT, peut-on réaliser ce type de manip en quelques lignes de code en mode synchrone pour la position de l’utilisateur et asynchrone pour les destinations qui sont connues puisqu’elle font parie d’une catalogue ?

    Le but étant de voir l’influence de la météo sur un achat de séjour corrélé avec la destination puis de s’en servir pour faire des analyses prédictives si un modèle se dégage (on sait intuitivement que la mauvaise météo a tendance à impacter la vente de séjour par exemple).

    On peut ensuite imaginer de récupérer le nombre de follower de like ou le positionnement de sites concurrents dans les résultats google et de les comparer avec le positionnement de nos sites. On peut élargir ce type d’approche ne intégrant les chiffres de l’INSEE et notamment les chiffres du chômage ou l’inflation afin de voir leur répercutions sur le Chiffre d’Affaire par exemple ou le panier moyen.

    On passe du Web Analytics à l’Analytics tout court avec une option pour de la modélisation prédictive.

  2. Benjamin Diolez

    Merci pour votre commentaire Laurent, très pertinent et donnant un exemple parmi tant d’autres de la puissance que cache les APIs.
    Il est tout à fait possible, via l’API AT Internet, de récupérer ce type d’information afin de les réutiliser et de les coupler avec d’autres types de services.
    Cela permet donc de passer de la simple constatation de faits à de véritables analyses prédictives.
    La richesse des API est aussi dans leur diversité et leurs références communes (points GPS, symbole boursier, code pays, …), qui permettent simplement de croiser différentes sources d’informations afin d’en tirer le meilleur.