Intelligent Tracking Prevention

Avec sa dernière mise à jour du système ITP pour iOS et macOS, Safari ouvre la voie à un renforcement de la confidentialité sur les principaux navigateurs. Un peu plus tôt, Firefox avait également révisé sa politique de confidentialité ; même Microsoft et Google s’apprêtent à accorder aux utilisateurs une meilleure maîtrise de leurs options de cookie. Serions-nous face à une nouvelle tendance du côté des navigateurs web ?

L’ITP ne date pas d’aujourd’hui. Dès sa publication en juin 2017, la fonctionnalité de confidentialité de Safari empêchait par défaut de déposer des cookies tiers (ou « third party ») sur un navigateur. En mars dernier, Firefox a ajouté de nouvelles règles de protection de la vie privée dans sa version 66.0, tandis que Safari a sorti la version 2.1 de l’ITP, qui encadre également les cookies internes (ou « first party »).

À raison de 14 % et de 15 %, la part des hits générés respectivement  par Firefox et Safari représente près d’un tiers des accès Internet. Le blocage par défaut des cookies tiers pourrait donc avoir des répercussions majeures sur les entreprises qui appliquent un suivi multisite du trafic et des analyses de rétention.

Les conséquences techniques

L’impact de l’ITP ne se limite pas au tracking cross-site : en réduisant considérablement la durée de vie des cookies internes, cette fonctionnalité risque d’empêcher de reconnaître les utilisateurs d’une session à l’autre.

Résultat ? Des chiffres faussés par un volume excessif de visiteurs uniques, une représentation de l’audience éloignée de la réalité et une fragmentation totale des parcours de conversion. Dans la pratique, les indicateurs de base relatifs aux sessions et aux nouveaux visiteurs s’en trouvent artificiellement gonflés. Du côté de l’attribution, l’ITP (et en particulier la version 2.2) a tendance à pencher en faveur des canaux gratuits (négligence des paramètres dans les URL) et des points de contact en bout de processus (limitation de la durée des cookies).

Firefox 66 vient d’introduire dans les nouveaux paramètres des navigateurs une case précochée qui empêche automatiquement de déposer des cookies tiers ; en mode de navigation privée, tous les hits sont supprimés. Si Safari bloquait déjà par défaut les cookies third party, sa nouvelle règle consiste maintenant à effacer au bout de sept jours tous les cookies non conformes aux critères de l’ITP.


Safari impose plusieurs conditions aux cookies : ils doivent se trouver côté serveur (HttpOnly) et non côté client (JavaScript), être définis avec un drapeau Secure (HTTPS) et être associés au nom de domaine du site (cookies first party).

L’ITP et l’analyse des utilisateurs

Dans ce contexte, le recours à une solution analytics puissante et performante s’impose pour limiter les répercussions de l’ITP sur l’analyse du trafic. Certes, l’évolution des navigateurs web (en particulier dans le domaine en plein essor de la protection de la confidentialité) n’est pas sans conséquences pour les outils analytics. Il reste malgré tout possible de conserver une vision claire et détaillée de l’ensemble du trafic tout en respectant la vie privée des utilisateurs. La solution CDDC (Custom Domain Data Collection) d’AT Internet collecte et envoie directement les données par le biais de votre propre nom de domaine (et non celui d’AT Internet) pour éviter que les scripts de tracking ne soient désactivés. Elle permet ainsi de récupérer la majeure partie du trafic perdu à cause des bloqueurs de publicité.

Autre point clé de l’analyse, les visiteurs identifiés : en leur attribuant un ID commun sur tous vos sites, vous éviterez de diffuser leurs données auprès de sites externes. Vous pourrez ainsi effectuer une analyse multisite respectueuse de la vie privée des utilisateurs. C’est le moment ou jamais de pousser vos visiteurs à s’inscrire sur votre site.

Les jours des cookies tiers, en revanche, sont comptés. Dans le cas des visiteurs anonymisés, une mise à jour de la structure du domaine s’imposera à terme, non seulement pour l’analytics mais pour toutes les ressources. Anticipez en adaptant vos mesures aux critères de l’ITP de façon à limiter l’impact de ces restrictions continuelles. Les solutions analytics comme celle d’AT Internet offrent déjà la possibilité d’analyser les visiteurs anonymisés dont le navigateur est équipé de la fonction ITP.

Lorsque des utilisateurs tentent d’accéder à l’un de vos liens codés avec l’ITP 2.2, les cookies de votre site générés par JavaScript ne sont stockés qu’un seul jour.

La solution d’AT Internet, à la pointe du marché digital analytics, est parfaitement adaptée aux évolutions des principaux navigateurs. De plus, la fonctionnalité CDDC sera votre meilleure alliée pour gérer les ad blockers en totale adéquation avec les nouveaux critères de confidentialité des navigateurs. Certains de nos clients ont déjà retrouvé une part importante de leur trafic grâce à CDDC. Du côté de l’infrastructure technique, vous n’avez rien à prévoir : les équipes d’AT Internet s’occupent de tout.

N’hésitez pas à contacter nos équipes de support pour plus de renseignements !

Author

Bilingual Editorial & Translation manager (Londonien !) Rédacteur expérimenté en BtoB et BtoC, Chris est un expert en création de contenu éditorial ciblé (communication interne et externe). Il sait délivrer des messages clés sur les sites web et mettre en place des outils éditoriaux impactant dans le but de captiver et fidéliser le lecteur. Sa mission : dompter le flux d'informations et proposer du contenu pointu et intéressant pour les publications d'AT Internet et ses clients internationaux.

Comments are closed.